Vers Internet 2

 Le passage d’Internet 1 à Internet 2

Ce passage est majeur autant par les changements technologiques qu’il apporte que par ses impacts sur les activités économiques (nouvelles clientèles, etc.) et sociétales (apparition des réseaux sociaux, etc.) Le point de non-retour de ce passage est la première conférence Web 2.0 organisée à San Francisco en octobre 2004.

  • Le passage de la prédominance de la micro-informatique à l’électronique grand public nous fait basculer des micro-ordinateurs et leurs logiciels d’application en réseaux (ou Internet 1) vers les appareils sans fil et leurs services en réseau (ou Internet 2). Le point de non-retour est le lancement du iTune Music Store en 2003.
  • La prise de parole commence sur Internet vers 1990 avec l’apparition en Californie des Forums, des BBS et les Lists ; mais ce n’est qu’en 1997 que le terme blog apparaît. Le point de non-retour de cette tendance est la création des micro-blogues (Twitter) en 2006.
  • En 2007, on assiste à la première cyberattaque d’un pays contre un autre : la Russie contre l’Estonie (même si la Russie nie cette attaque).
  • En Amérique du Nord, la place publique de la 2e ère industrielle fut la télévision que presque tous les citoyens regardaient (75 % des foyers américains regardaient I Love Lucy en 1975). Maintenant, cette télévision broadcast n’est regardée que par 25 % des foyers. L’ère postindustrielle réorganise sa diffusion autour d’Internet 2 en utilisant le narrowcasting : les canaux spécialisés, le Web, le courrier électronique, les réseaux sociaux, TiVo et les DVD, etc., qui coexistent désormais sur la même plateforme numérique. Le point de non-retour de cette rupture fut le retrait de la série ER des ondes le 2 avril 2009.
  • Le mariage Web-Télévision connaît son point de non-retour lorsque Yahoo et cinq fabricants de téléviseurs signent une entente permettant d’insérer un logiciel de gestion des contenus dans leurs prochains appareils, le 11 janvier 2009, au Consumer Electronics Show à Las Vegas.
  • Explosion de l’information en continu pour le mobile en format texte, audio ou vidéo pour le iPhone, etc.; le point de non-retour est atteint lorsque l’Associated Press lance son Mobile News Network en mai 2008.

Les phénomènes

L’analyse de plusieurs autres phénomènes révèle aussi la rupture.

  • Au début du siècle, durant la 1re ère industrielle, une vague de mondialisation s’esquisse parce que les promoteurs ont réduit leurs coûts de communication et de transport. Ce qui eut pour effet, par exemple, de lancer les journaux à grand tirage et à bas prix grâce à leur diffusion par les nouveaux trains à vapeur. Durant la 2e ère industrielle, la mondialisation s’est développée autour d’une vision unipolaire et d’une approche de mise en concurrence à partir d’une hyperpuissance (les États-Unis), grâce à une hyperculture (la machine Hollywood) et un hyperlangage (l’anglo-américain).
  • À cause de l’évolution brutale des phénomènes environnementaux, la Société géologique de Londres vient de reclasser notre époque. Devant les transformations récentes apportées à la planète par l’homme (disparition des espèces, acidité des océans, gaz carbonique, etc.), nous quittons l’époque Holocène pour vivre maintenant à l’époque Anthropocène. Durant son histoire, notre planète a subi cinq grandes extinctions ; l’homme sera-t-il responsable de la sixième ?
  • Il y a à peine quelques années, une société se définissait principalement par son territoire, sa culture et sa langue. Certains pays n’utilisent qu’une seule langue identitaire (le norvégien ou le finlandais par exemple), d’autres pratiquent une dualité linguistique (le Canada et l’Espagne), et d'autres en utilisent plusieurs (Inde, etc.). Avec l’avènement d’Internet les citoyens considèrent maintenant important d’utiliser, outre leur langue identitaire, l’anglais pour avoir accès aux contenus et aux services sur Internet. Ils adoptent cette approche réaliste pour faciliter les transactions commerciales ou les échanges culturels, forçant ainsi toutes les sociétés à devenir plus pluralistes. Maintenant, on utilise une majeure et une mineure comme langues d’usage (anglais et français ou espagnol et anglais, par exemple). Une société devient dorénavant un milieu qui communique dans plusieurs langues au lieu de n’être défini que par sa seule langue identitaire.
  • La différence entre les jeunes et les moins jeunes générations de citoyens explique aussi l’importance de la rupture en cours, du moins en partie.
    • Les générations âgées (la génération silencieuse 1900-1954, les baby-boomers 1946-1964, Mature Generation, et partiellement la génération X 1965-1980) forment le groupe prédominant dans notre société du fait de leur nombre.
    • Contrairement aux conclusions des recherches en cours, la génération hybride (la génération Y, 1980-1990) serait plutôt une génération charnière.
    • Les jeunes générations (la netgénération, Millenium Generation, la génération Web, les Baby-burst). Actuellement, ils communiquent par les réseaux sociaux tels YouTube, MySpace ou Facebook.

L’un des premiers analystes des générations fut David K. Foot dans Boom, Burst & Echo, en 2000. Voir aussi les chercheurs William Strauss et Neil Howe. Lire Grown Up Digital : How the Net Generation is Changing Your World, par Don Tapscott, McGraw-Hill, 2008.

web 2.0

Pour moi membre du Club de l Arche crée par Jean-michel Billaud, le web 2.0 c est celui du wifi. Du haut débit et de l intéligence partagée. Un réseau qui se construit chaque jour avec nous et qu il convient d humaniser.
Yannick Audrain pédagogue coordinateur du projet cinéma 2.0 initié en banlieu parisienne par Michel Cartier en 2004.

Réinventons les médias traditionnels

Selon la Conférence canadienne des médias, à Ottawa, en mai 2010 :

À cause de la chute vertigineuse des revenus publicitaires et des clientèles de jeunes qui préfèrent d'autres supports plus interactifs, les médias traditionnels sont nette en perte de vitesse depuis dix ans. Voici des stratégies a explorer :

• Offrir des services connexes comme des conférences, des livres, etc.
• Offrir ds contenus multiplateforme alliant les technologies traditionnelles et les nouvelles (journal et blogue par exemple).
• Faire valider la pertinence-satisfaction des contenus par les lecteurs (par un bouton « j'aime » par exemple.
• Offrir des cadeaux aux meilleurs lecteurs (validation via un système de points).
• Offrir des nouvelles exclusives, qu'on ne trouve pas ailleurs.
ETC.

Publier un nouveau commentaire

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Lines and paragraphs break automatically.

More information about formatting options