Les paliers culturels

 Pour devenir un travailleur, un citoyen ou un consommateur, l’être humain doit quotidiennement s’adapter à différents milieux, donc à différents espaces-temps. Il vit dans une société qui fonctionne par paliers, c’est-à-dire où des signes, des symboles et des images, donnent un sens précis aux informations. La langue et la culture étant ses filtres d’analyse, un même individu utilisera différents paliers culturels ; l’ensemble de ces paliers est un un processus d’identification.

Individu et couple :Groupes informels :
Groupes formels :Société :

 individu, couple

 

famille, groupe face à face

équipe, etc

paroisse, communauté,

collectif, association, etc.

foule, public, etc.

 

bulle phénoménologiquevoisinage, village, etc.ville, région, etc.nation, État, etc.
culture personnelle
culture populaireculture officielleculture mythique
 langue vernaculaire
 langue véhiculairelangue référentiairelangue mythique

communication non verbale

communication par empathie

communication par convention

communication de mass

 

En communication, comment choisir les signes ou les symboles destinés à tel ou tel palier ?

Comment l’élite politique pourra-t-elle continuer à contrôler son image lorsqu’elle sera de plus en plus confrontée, à une autre palier, aux blogueurs et aux citoyens-journalistes sur le Net ?

La culture particulière des groupes d'intérêts

Par rapport aux médias traditionnels destinés aux publics formés de millions de lecteurs anonymes, isolés et passifs, Internet 2 change complètement le rapport à l’information (donc à la culture) parce que destiné à des utilisateurs-médiatiseurs regroupés et proactifs. Internet force l'utilisateur à organiser sa pensée sous forme de contenus mieux structurés ce qui exige de leur part une forme différente de mémorisation et de lecture. Et, parce qu’Internet se développe dans trois espaces communicationnels différents, les groupes d'intérêts utilisent une approche culturelle différente des autres applications en réseaux :

Pointcasting
Narrowcasting
Broadcasting

Communication de
ersonne à personne
qui favorise surtout
la personnalisation :



Communication vécue
par des groupes en

réseaux qui exige
des conventions

et une coopération :

Communication de
masse qui cherche

surtout à disséminer,
à diffuser des
données :


Twitter chat, iPod, etc.

 

MySpace Facebook YouTube

Blogue RSS Flickr, etc.

Wikipedia Yahoo MSN eBay, etc.

 

Exemples des nouveaux impacts culturels émergents : l’utilisation abondante de raccourcis d’écriture, d’icones, de textes courts (140 caractères), de mots-clés, de phrases-résumés, de codes de couleurs, de mise en page mnémonique, de lecture en diagonale, etc.

Est-ce que ces trois espaces de prise de parole utilisent différents paliers culturels ?

Si, dans le passé, la culture s'est construite à partir des actions individuelles des citoyens, que penser de l'impact sur la culture des nouvelles activités collaboratives via les réseaux sociaux ?

Un groupe d'intérêts n’est donc pas un espace où, comme dans un mall, n’importe qui peut afficher son C.V., certains détails de ses activités ou ses photos, afin d’augmenter la liste personnelle de ses amis (ceci est de l’égocasting.) Ce n’est pas non plus un espace où l’on peut visionner passivement une multitude de bandes-vidéo, comme dans un juke-box, en même temps que des millions d’autres spectateurs (ceci est du pointcasting.) Pour fonctionner, un groupe d'intérêts a besoin de plusieurs éléments : des intérêts communs ou des idées communes, une volonté ou des besoins d’échanger ces idées, un ou des leaders, etc. (ceci est du narrowcasting.) Ce qui suppose une participation et des échanges entre des acteurs intéressés à développer des contenus communs.

Nous devons apprendre à vivre ensemble comme des frères, sinon nous allons mourir tous ensemble comme des idiots (Obama).

Parce que la participation d’un usager s’enracine dans ses émotions, plus il y aura de participation de la part des utilisateurs, plus la culture s’installera au centre de l’Internet 2 et surtout éventuellement du 3. Il y a fort à parier, dans le futur, que la culture devienne encore plus le moteur de la cohérence sociale et même de l’économie, donc aussi des activités politiques.

Un citoyen solidaire ou solitaire ?                             

Voici des exemples d’outils de culture participative qui révèlent l’émergence de l’homo zappiens :

  • communication : SMS, MSN, chat, téléphonie mobile ;
  • écriture : MySpace, MyLanguage ;
  • auto-édition : Lulu;
  • échanges d’images : flickr ;
  • multitâche : zapping ;
  • approche non linéaire : Concept Mapping ;
  • réalité virtuelle : Virtual Identities, Avatar, ;
  • échanges : Blogger, WorldPress, FaceBook, Twitter, Delicious…

Qu’arrive-t-il quand le citoyen vit une multi-allégeance à différents espaces-temps ?
 Et combien de sous-cultures peut-il utiliser à la fois ?
 Si différentes identités peuvent entrer en  conflit, comment va-t-il gérer cette situation ?

 


Les prochaines tendances dans les réseaux sociaux

Une présentation sous la forme d'une conférence audiovisuelle (33 diapositives) ainsi qu'une analyse des seize tendances qui vont marquer les réseaux sociaux en 2010 :

http://www.slideshare.net/agentwildfire/16-social-media-trends-for-2010-...

Publiée il y a dix mois par Sean Moffitt dans le blog Agent Wildfire.

Publier un nouveau commentaire

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Lines and paragraphs break automatically.

More information about formatting options