L’industrialisation de la culture

 Pour exister, une culture doit être utilisée, c'est-à-dire exister dans l'imaginaire des gens. Or la culture de cette société  n'est pas toujours visible dans les médias de masse. 

Est-ce que la culture dependrait de moins en mois du talent des artistes et de plus en plus de l'accès aux médias de masse ?
Qu'advient-il du pouvoir annonciateur de l'art quant une société ne lui réserve plus aucune place ?
N'avons-nous pas autant besoin de la diversité culturelle que nous avons besoins de la diversité biologique ?

Les promoteurs de la nouvelle économie essaient de convertir tous les objets culturels en marchandise au nom des impératifs de la planification (des profits) qui se manifeste par une dictature des clics. La marchandisation des mots, des sons et des images, repose sur la puissance des médias de masse ; aux États-Unis c'est le premier poste d'exportation et de profits.

Une monoculture électronique mondiale. Time, Septembre 1991.

Poussée par la nouvelle économie et les nouvelles technologies de communication, la culture américaine devient alors politiquement imitée partout. C’est au nom de cette idéologie que les consortiums médiatiques actuels prétendent imposer à la terre entière une World culture.  Les maîtres d'oeuvre de cette culture organisée en spectacle ne sont plus les artistes mais les promoteurs des réseaux.

Actuellement, jusqu'à quel point plusieurs sociétés sont-elles menacées d’acculturation ?
Combien de temps les États-Unis résisteront-ils au concept de diversité culturelle mis de l’avant par l’Unesco ?

Sa mondialisation

À cause de la télévision qu’on regarde plus de trois heures par jour, de la multiplication des voyages internationaux et de l’accès aux produits de luxe étrangers, on assiste partout à travers la planète à l’émergence d’une culture unitaire chez les gens aisés, qui devient pour cette classe moyenne son jeu de référence commune.  

Qu’arrive-t-il quand 500 millions de citoyens aisés, particulièrement dans les pays émergents, s’imaginent que ce mode de vie, déifié par une télévision étrangère, est le seul modèle qui leur convient ?

Une culture numérique

On connaît l’influence qu’a eue la télévision sur l’écriture (romans, journaux, etc.), sur l’image (cinéma, publicité, etc.) et le son (musique, spectacles, etc.). Quel sera l’impact d’un Internet 2 dans dix ans ? Au début du siècle dernier, les médias d’images (cinéma, photographie et télévision) ont emprunté leur style aux médias imprimés qui existaient depuis quatre cents ans ; aujourd’hui, on peut penser que les styles actuels côtoieront les nouvelles façons de s’exprimer suscitées par les nouveaux supports médiatiques actuels et à venir (grands événements, cirque, effets spéciaux, cinéma 3D, environnements 360', etc.) 

Quels seront les nouveaux styles médiatique que les jeunes internautes vont imposer compte tenu qu’ils seront majoritaires dans quelques années ?
Que devient la cohérence culturelle d’une société quand 60 % de ses aînés s’informent principalement par les journaux et 60 % des jeunes générations via le Web ?
Est-il normal qu’une idée ou qu’un événement ne puisse « exister» qu’à la condition qu’il apparaisse sur un écran de télévision ?

 


Quelle culture ?

Qu'advient-il du pouvoir annonciateur de l'art quand la société ne lui réserve plus aucune place ? Partout sévit un nivellement par le bas en matière de culture avec comme conséquence que la peinture, la sculpture, la danse ou la poésie sont absentes dans la vie de tous les jours.

La société souffre de boulimie du divertissement. Les moyens technologiques foisonnent, les images se consomment et se gaspillent à la vitesse grand V.
Il y a le Web etc. en fait tout est mis en oeuvre pour donner raison à Warhhol : offrir aux citoyens ordinaires quinze minutes de gloire par le truchement de la téléréalité et de l'information-spectacle en direct (ou en différé).

Pourtant il faudrait être conscient que la diversité des cultures et la diversité des pratiques culturelles a autant d'importance que la diversité biologique. L'une ne va pas sans l'autre.

Publier un nouveau commentaire

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Lines and paragraphs break automatically.

More information about formatting options