Les idées


Ce document a été conçu à partir de quatre idées :

  • Notre société vit actuellement une rupture importante.
  • La compréhension de ses mutations exige une lecture comparée à partir de trois filtres qui révèlent les grandes batailles à venir :
    • Le filtre technologique : la bataille de la crédibilité des contenus et des services.
    • Le filtre économique : la bataille de la demande, donc des territoires et des marchés.
    • Le filtre sociétal : la bataille de la culture et de la langue.
  • La place publique où se négociera le pouvoir sera ce nouvel Internet qui commence à faire converger à la fois les réseaux d'ordinateurs, l'infospectacle télévisé, les nouveaux marchés électroniques, le mobile et les réseaux sociaux et militaires.
  • La principale caractéristique de la nouvelle société sera la vitesse de réaction d'innombrables citoyens prenant la parole, via Internet notamment, pour exprimer leur ras-le-bol vis-à-vis de l'incompétence des élites politiques et l'arrogance de plusieurs membres des élites économiques actuelles.

Les crises anticipées

Actuellement, cinq crises qui s’influencent les unes les autres se développent. La simultanéité des crises ressemble étrangement à la tempête parfaite ou à l’alignement des planètes où tout semble arriver en même temps :

  • Les crises économique et financière
  • La crise énergétique
  • La crise écologique
  • La crise géopolitique
  • La crise générationnelle.

Les mécanismes

Tout au long de l'histoire, les sociétés ont progressé de crise en crise en créant au fur et à mesure de nouveaux mécanismes d’adaptation. Voici quelques-uns qui apparaissent maintenant :

  • L'architecture mobile d'Internet 2
  • Les réseaux sociaux
  • Les nouveaux appareils électroniques grand public
  • Les techniques montantes (bottom-up) de communication
  • Les millions de citoyens qui prennent la parole
  • Les jeunes générations d'internautes
  • Le géoréférencement
  • Le modèle économique de proximité
  • Le sur-mesure des niches
    Etc.

 

People is the Message

Dans la revue des livres, des tablettes électroniques, des applications et des médias intelligents, « E-PaperWorld », l'éditorial « Du Médium is the message à People is the message, :

http://online.fr.milibris.com/epc/e-paperworld-magazine/n1/reader/

L'écriture est le premier acte rationnel de désir d'autonomie de l'homme par rapport à la nature et par rapport à lui-même, c'est un processus de plus de 5 000 ans. Cette révolution remet l'homme dans les conditions de l'oral ou de la communication directe et permet l'apparition de nouvelle écriture.

Le passage du support de la pierre au papyrus, au papier bois et enfin au papier électronique, exprime différents niveaux de conscience de l'être humain et différente capacité à l'abstraction. Il permet un autre apport au temps et à l'espace dans un univers à finalité ouverte représenté par les technologies mobiles.

C'est la société qui détermine la création et l'évolution technologique ainsi que son usage et le sens qu'elle voudra lui donner : c'est la concept de « People is the Message » en opposition au célèbre « Medium is the Message » de McLuhan.

On regarde ...?

Paul Virilio :

On ne regarde plus les étoiles, mais les écrans

Le capitalisme, un cancer ?

Ce qui corrompt le capitalisme, c'est le courant individualiste. Pourtant l'être humain est fondamentalement un être social qui a besoin des autres pour assurer son développement et son avenir.

C'est l'engrenage des accélérations conjugué avec à l'irresponsabilité des dirigeants qui explique ce basculement du monde (Voir Michel Beaud, dans Le Basculement du monde).

Aujourd'hui, devant la vague des changements la population devient impuissante parce qu'elle perd ses points de repères. Elle subit toute une série de crises sur lesquelles les individus n'ont aucun contrôle ; ils n'ont qu'a subir les effets négatifs. Leurs valeurs changent : c'est désormais le chacun pour soi.

La population en vient à croire que tel est le monde aujourd'hui et qu'elle n'y peut rien. Est-ce qu'après le ras-le-bol individuel le ras-le-bol collectif ?

Une démocratie gangrenée

Mark Kingwell (Université de Toronto) a prononcé une conférence au. Congrès de la Fédération des sciences humaines, en juin 2010 sur la démocratie :

Le mal qui ronge la démocratie est l'hypertrophie de nos droits individuels, C'est le syndrome du «Tout m'est dû » qui est l'une des caractéristiques de notre époque. Des individus qui poursuivent leurs intérêts personnels dans l'espoir d'atteindre un statut, avec en arrière-plan la croyance voulant qu'il le méritent et y ont droit. Du point de vue individuel, c'est logique d'agir comme ça, mais l'effet d'ensemble est l'échec.

Rant qu'elle sera dominée par le capital, la démocratie débouchera sur des problèmes d'action collective. Et quand les systèmes démocratiques deviennent des systèmes transactionnels, il y a perte de sens du don démocratique

Nous allons vivre plus pauvrement

La « Financière Banque Nationale » dresse un portrait non complaisant de l'avenir économique qui se profile : les pays riches sont condamnés à vivre plus pauvrement (Rapport d'août 2010) Les beaux jours ne reviendront pas de sitôt dans les économies développées. Ceux qui croient que la solution actuelles des économies avancées tient à leur capacité de trouver à court terme le bon dosage de lutte contre les déficits et de maintien de mesures de relance économique auront droit à un réveil brutal. Les défis structuraux sont : l'endettement des ménages, des entreprises et des gouvernements, la stagnation du niveau de vie, le vieillissement de la population, le sous-investissement en éducation et en innovation, la montée du protectionnisme et du populisme, etc. Je crois que les gens se posent de plus en plus de questions. On sent un malaise devant le simplisme des analyses et des solutions proposées par les politiciens, les dirigeants d'entreprises ou les économistes.

Post new comment

The content of this field is kept private and will not be shown publicly.
  • Web page addresses and e-mail addresses turn into links automatically.
  • Allowed HTML tags: <a> <em> <strong> <cite> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Lines and paragraphs break automatically.

More information about formatting options